Il est essentiel de ne pas être fatigué pour conduire une moto !

La moto requiert d’être en pleine forme physique et de rester concentrer quoiqu’il arrive. Plusieurs facteurs néfastes à la conduite peuvent intervenir comme l’alcool, la drogue ou tout autre état de faiblesse. Voir toutes les informations sur l’examen du permis moto acceleré.

Alcoolémie
Les drogues

Le taux d’alcoolémie à ne pas dépasser est de 0.50 g/l de sang pour un conducteur en dehors de la période probatoire (ce qui est équivalent à environ deux verres d’alcool dans un bar). En cas de dépassement de seuil, l’usager peut être sanctionné si il est contrôlé par les forces de l’ordre. On commencera à ressentir les effets de l’alcool à d’environ 0.30 g/l de sang.

L’alcoolémie est présente dans ¼ des accidents en moto.

Après l’alcool, le cannabis est la plus courante chez les usagers. Le mélange des deux substances  peut fortement dégrader votre façon de conduire.

Prendre ces deux substances augmentent fortement le risque d’avoir un accident qui peut être fatale pour lui et les autres usagers (elles multiplient par 14 le risque de causer un accident mortel).

La fatigue peut diminuer votre attention et votre anticipation des dangers. Il est plus sage de s’arrêter ou de faire des pauses dès que possible pour reprendre des forces. Il est conseillé de faire une pause de 15 minutes toutes les 2 heures.

Il est important de veiller à ce que l’espace devant soi ne présente aucun danger lorsque l’on veut rouler à une vitesse élevée comme 120 km/h par exemple. Un danger peut être plus facilement contourner si l’on roule à 60 km/h au lieu de 120 km/h. Rouler à une vitesse trop excessive réduit la visibilité !

En effet, l’oeil va choisir les éléments importants présents dans les circonstances de circulation afin de prendre les indications de façon clair et précise. L’usager va donc orienter son regard en fonction de l’importance qu’il jugera pour chaque personne ou objet. La finesse de la vue est très bonne sur des objets immobiles. On ne peut voir nettement que si l’on regarde avec attention. Lorsque les sujets sont en mouvements, le vue est altérée. Il est évidemment plus difficile de fixer un objet lorsqu’il bouge. Il est souvent difficile de déterminer de quel type de deux roues il s’agit lorsqu’ils conduisent avec les feux de croisement.

Il est donc important d’avoir une bonne vue et d’être perceptible par les autres usagers et de vérifier qu’ils nous ont bien distingué.

Les jeunes motards peuvent développer une certaine confiance en eux après avoir obtenu le fameux permis de conduire. Cela peut amener à prendre plus de risque sur la route.  Donc attention, ne faites pas les fous !!  

Lorsqu’il s’agit d’une première moto ou d’une moto dont on n’a pas l’habitude, les accidents peuvent être plus fréquents. Il est donc important quand on a une mauvaise connaissance de son véhicule, d’adopter une conduite responsable c’est à dire de ne pas rouler trop vite et de s’assurer des bonnes distances de sécurité par rapport aux autres usagers sur la route.

  • Si l’on dispose de peu d’expérience en tant que motard, conduire quand il y a beaucoup de circulation peut devenir problématique et présenter de nombreux dangers (comme la mauvaise anticipation d’un individu venant de stationner et souhaitant sortir de son véhicule par exemple).
  • Si l’on n’est pas habitué à conduire dans certaines situations comme la nuit ou en cas de fortes pluies le danger est également très présent.
  • Si le motard ne change jamais ou rarement de trajet, il peut être perturbé sur certaines route dont il n’a pas l’habitude comme la montagne et l’autoroute par exemple.
  • Si il n’a pas l’occasion d’effectuer de long trajet ou n’a pour le moment rencontré aucune situation dangereuse et si il n’a jamais conduit avec un passager ou autre il doit être vigilant.

En moto, discuter avec d’autres motards permet d’échanger sur ces expériences et éventuellement de s’améliorer. En effet, rencontrer des motards avec plus d’expérience peut apporter des réponses et permettre de perfectionner sa sécurité et son bien-être. Avant de procéder à l’achat d’une moto, il est conseillé de demander l’avis auprès d’individu l’ayant déjà testé. Plusieurs organismes proposent des stages de perfectionnement comme la CASIM ou Chaîne d’Amitié pour la Sécurité et l’information des Motards et la FFMC Fédération Française des Motards en Colère.

Certains marquage au sol ou usure de la chaussée peuvent venir perturber la conduite comme la présence de trou, des déformations, une route humide, abîmée, des feuilles ou des branches d’arbre. Tous ces facteurs peuvent altérer la conduite.

  • La pluie va réduire la vue du motard par la création de petites gouttes qui vont s’accumuler sur son casque. 
  • Le brouillard crée une brume épaisse, ce qui va constituer comme un mur et diminuer fortement la visibilité du motard.
  • Le vent peut provoquer des déviations de la moto et celle-ci peut être écartée de son chemin.
  • Si les températures sont basses, le corps du motard peut être paralysé.
  • Les fortes chaleurs peuvent pousser à délaisser une partie de l’équipement indispensable à la sécurité du motard.

Lorsqu’il fait beau le nombre d’accident fatal pour le motard est de 90%.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *