Transgresser les lois de l’équilibre fait partie intégrante du motard !

L’effet gyroscopique

Caractérise ce qui permet à la moto de garder l’équilibre lorsque l’on roule sur une ligne droite.  Cet effet est mis en marche lorsque l’on dépasse les 30 km/h.

Avant 30 km/h sur une ligne droite, l’équilibre de la moto est maintenue par le motard à l’aide de son corps et du guidon.

La technique d’inclinaison appelée contre braquage

Lorsque l’on atteint les 30 km/h et que l’effet gyroscopique est mis en place, le guidon devient impossible à tourner. Pour prendre un virage, il est alors nécessaire d’incliner la moto.

Afin d’obtenir un contre braquage, le motard doit s’appuyer sur l’un des repose-pieds ou pousser sur le guidon du côté où il désire incliner la moto (s’il souhaite aller à droite, il inclinera la moto à droite et inversement du côté gauche). Cette action est très facile car le motard le faire quasiment par instinct.  Prenons l’exemple des vélos, qui sont eux aussi concernés par ce phénomène! En effet vous pouvez constater que dans un virage ils sont également obligés d’incliner leur vélo!

La force centrifuge

Dans un virage, celle-ci a pour effet d’entraîner la moto vers l’extérieur. Elle diffère selon le carré de la vitesse, la masse de la moto et la taille du virage. En effet si l’allure de la moto est multipliée par deux, alors la force centrifuge sera multipliée par quatre !

L’entrée du virage est donc l’étape la plus importante! Le motard devra adapter sa vitesse par rapport à la taille du virage (s’il est large ou serré) et à la visibilité qui sera plus ou moins bonne selon le type de virage. Lorsqu’il aura emprunté le virage, il devra incliner la moto et garder une trajectoire pour rester à l’intérieur du virage.

Une technique d’urgence : l’évitement !

Lorsque surviennent des obstacles inattendus, cette technique d’urgence est utilisée (un piéton qui traverse hors d’un passage piéton par exemple!).

Cette technique est celle du contre braquage. Elle est parfois meilleure qu’un freinage d’urgence. Connaître la technique d’évitement, ne signifie pas qu’elle sera facile à mettre en oeuvre. Plusieurs données vont permettre sa réussite :

➤ si le pilote est expérimenté, sa forme physique, s’il sait tout sur sa moto, la moto en elle-même, si le conducteur est seul ou accompagné, s’il est chargé, l’adhérence, le trajet entre le danger et le motard.

Entreprendre un virage

Un vrai motard est reconnu de part sa capacité à entreprendre un virage !

Afin d’aborder avec efficacité un virage, il est nécessaire d’estimer l’importance de la courbe, la taille et la surface de la route et si d’autres usagers sont présents. La vitesse est déterminée en fonction de la taille du virage, de la visibilité, l’état de la route et de la charge de la moto.  Plus le motard va porter son regard loin devant lui, plus il va obtenir des indications afin de d’adapter sa vitesse avant d’entrer dans un virage.  Il pourra alors entreprendre son virage avec la meilleure trajectoire pour ne pas se laisser emporter par la force centrifuge et par l’effet gyroscopique comme il l’a été expliqé précédemment.

Fiche n°12 : Equilibre et trajectoire
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *