Malgré une forme physique “au top!”, un trajet en moto provoque automatiquement de la fatigue ! En effet, la position du motard, l’environnement, les nuisances sonores, la densité de la route, le vent constituent tous les facteurs qui génèrent de la fatigue. Différents indices peuvent nous donner le signale de faire une pause. Retrouvez les informations sur le permis moto en accéleré.

La fatigue

Malgré une forme physique “au top!”, un trajet en moto provoque automatiquement de la fatigue ! En effet, la position du motard, l’environnement, les nuisances sonores, la densité de la route, le vent constituent tous les facteurs qui génèrent de la fatigue. Différents indices peuvent nous donner le signale de faire une pause.

➤ Lorsque l’on a l’impression d’être mal assis, dans une mauvaise position et que la selle de la moto paraît plus dure et moins confortable !

➤ Des douleurs dorsales et rénales surviennent.

➤ Lorsqu’on ne supporte plus d’avoir les jambes fléchies.

➤ Le besoin de reposer une main (principalement la gauche).

➤ Le casque devient plus lourd et le vent qui tape sur celui-ci entraîne des douleurs au niveau de la nuque.

➤ Notre regard porte essentiellement sur l’avant de la route.

➤ Les derniers kilomètres sont insupportables!

Les conséquences

La vigilance est réduite en cas de fatigue! Plusieurs effets apparaissent :

➤ En générale une position non adaptée va s’opposer à une réaction urgente en cas de danger. Ls mouvements seront moins bon si les parties du corps de sont pas bien placées.

➤ Lorsque toutes nos pensées nous ramène à la douleur et l’inconfort, on sera moins réactif en cas de danger (temps de réaction augmenté).

➤ Les membres ankylosés diminuent les mouvements et les réflexes.

➤ Lorsqu’on est amené à bailler de façon importante.

➤ La vue est perturbée et les yeux piquent.

➤ Vous vous endormez quoiqu’il se passe!

1% des motards souhaitent terminer le trajet quoiqu’il arrive et prennent ainsi une multitude de risques.

Que faire pour y remédier ?

La fatigue est un état physique que l’on ne peut contrôler! Cependant quelques solutions peuvent être mise en place afin de rendre le trajet plus sympas!

➤ Trouver un itinéraire bis au cas ou l’on aurait besoin de sortir.

➤ Ne pas faire la fête la veille de prendre la route!

➤ Avoir un équipement adaptée à la saison et au temps.

➤ Eviter de manger copieusement avant d’effectuer un long trajet (risque de sieste qui aide à digérer).

➤ Quand on n’a plus d’essence, se détendre et et se reposer à la station.

➤ La fête est à proscrire que ce soit avant ou pendant le trajet, voir les deux (l’alcool étant interdit)!

➤ Il est conseillé de s’arrêter toutes les heures !

Conduire de nuit

Un motard non expérimenté peut rencontrer des difficultés à prendre la route de nuit.

La vue est diminuée car le feu d’une moto n’est pas grand. Les indices sont difficiles à détecter et le faisceau lumineux n’éclaire pas forcément ou le motard le souhaite. De plus lamto est moins visible par les autres usagers sur la chaussée. La route de nuit étant plus libre, la vitesse a  tendance à être augmentée de la part de tous les usagers ce qui rend les accidents plus conséquents. L’alcool, la drogue et la fatigue constituent des éléments aggravants et pouvant déclencher un accident grave.

Quelques mesures doivent être prise pour prendre la route de nuit. Il est indispensable de veiller au bon état de la moto en vérifiant les clignotants ainsi que les feux avant et arrière. La visière doit être propre, la batterie suffisamment chargée et on doit se vêtir correctement en fonction de la saison et de la météo. Le motard a la possibilité d’utiliser des dispositifs réfléchissants qui vont permettre aux autres usagers de mieux visualiser la moto. Sur 10 accidents mortels, 3 sont provoqués de nuit !

Fiche n°10 : La fatigue et la conduite de nuit
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *